Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pensée du jour

Publié le par covix


La logique précède toute expérience. Elle précède le Comment, non le Quoi.

 

Ludwig Wittgenstein

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

Pensée du jour

Publié le par covix



On exprime souvent les mensonges les plus cruels par le silence.

Robert Louis Stevenson

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

Reflexion

Publié le par covix

 

     D'abord une belle impression en mettant le nez dans la cuisine, un tableau digne des grands maîtres de la renaissance. Plantons le décor, le fond de toile, gris, d'un gris presque noir, au plan central des immeubles aux façades éclatantes, dans des jaunes divers, toitures refaites récemment au couleurs rouge vives, et venant de l'est une lumière éblouissantes met tout ce décor en relief, c'est beau. Le sujet de cet article ne réside pas dans ce "tableau", mais plutôt la soirée de jeudi au théâtre.
      Le sujet philosophique sur l'abandon d'un héros de Troie, effacé de l'histoire, que l'on veux voir revenir pour gagner la prise de cette dernière, possédant l'arc et les flèches d'Héraclès, seul, lui peu faire basculer la victoire. Ulysse l'ayant trahi dix ans avant ne peu l'affronter, pour le convaincre de venir avec les grecs à Troie, il utilise la ruse, (il s'y connaît) et la pureté du fils d'Achille pour l'amener à cette expédition. Le jeu de la manipulation,des mensonges, de la naïveté, l'expérience, tout ce que la politique peux compter comme visages afin d'arriver au résultat recherché, pièce intemporelles qui de part le sujet traité est vraiment d'actualité.
       Je ne développerais pas le sujet, plutôt une certaine ambiance, d'abord lorsque je pris les places c'était les deux dernières pour cette soirée, ouf! heureusement il y d'autre date, placement libre c'est pas mal en fin de compte, ouverture du petit TNP à 19h, ouverture de la salle à 19h30, mon aîné et moi avons le temps de prendre une assiette chaude juste avant, nous entrons dans la salle, c'est disposé comme dans un cinéma, en gradin, nous sommes placé à un tiers environ, elle ce remplie rapidement, pratiquement la moitié est occupée par des boutonneux et puent des pieds comme dit Beranger, des lycéens qui aiment les belles pièces sans doute mais aussi pour un travail de dissertation autour du sujet. Ma fois pour le confort c'est limite bien que la salle soit moderne, je fini par avoir mal aux fesses et surtout au genoux! mais bon, le décor minimaliste, et surprenant au final. le jeu des comédiens est prodigieux, la diction clair et bien articulée sans tombé dans ces déclamations anciennes, non, d'un ton moderne, c'est la rencontre de deux troupes, celle de Laurent Terzief jouant Philoctète et celle du TNP, de jeunes comédiens plein de talent. Je ne dirais rien de la scène final avec la métamorphose du décor!
         En fin de représentation, ce n'ai que clameurs et aplaudissements nourrient, les comédiens durent revenirs quatre fois au minimun sous cette bronca ininterrompue, des lycéens criant un "ont aiment Laurent", et la jeune fille à mes côté ce pâmait pour celui qui torse nu joua dans la dernière scène le rôle (entre autre) d'Héraclès ( je ne craint pas de dire qu'elle ne fut pas la seule!).


         

Publié dans film -musiques -livres

Partager cet article

Repost0

Saintélyon

Publié le par covix


Tous les ans le plus ancien des raids

SaintéLyon 2009 le Dimanche 6 Décembre à 0h


Un parcours mythique de Saint-Etienne à Lyon via les crêtes des Monts du Lyonnais

  • 56ème édition de ce mythique raid nocturne entre Saint-Etienne et Lyon
  • 69 km
  • 50% de chemins pour 50% de bitume
  • 1300 m de dénivelé positif pour 1700m de dénivelé négatif
  • Point culminant à 850m d'altitude
  • 7 ravitaillements dont 3 points relais.
  • Organisation d'une randonnée sur le même parcours, départ 1 heure plus tôt.
  • Cette année, les organisateurs en collaboration avec la région Rhône Alpes ont porté leurs efforts sur « l'éco attitude ». Mise en place d'une brigade verte chargée de nettoyer l'ensemble du parcours. Tri et récupération des déchets. Diminution des gobelets jetables ( 60 000 en 2007 !). Un gobelet réutilisable offert par la Région.
  • LA SORTIE DE ST-ETIENNE : 7 km de bitume sur lesquels il ne faut pas emballer la machine.
  • à PARTIR DE SORBIERS : la longue montée jusqu’au km 20 (Moreau), très pentue entre les km 6 et 9 et à la sortie de St Christo. Les chemins, peu techniques, peuvent être très gras.
  • LA DESCENTE SUR SAINTE-CATHERINE (5 km environ), piégeuse (attention aux appuis) doit être appréhendée avec calme et maîtrise.
  • LA REMONTEE APRES SAINTE-CATHERINE assez sèche (2 km)
  • LA DESCENTE DU BOIS D’ARFEUILLE 2 km bien techniques suivis immédiatement d’une belle remontée jusqu’à Saint-Genoux, où l’on enregistre les premières défaillances.
  • LA LONGUE DESCENTE SUR SOUCIEU-EN-JARREST : principalement sur bitume, cassante et usante.
  • LE PASSAGE DU GARON : descente et remontée techniques et glissantes entre le 46e et le 50e km.
  • LA FAMEUSE CôTE DES ACQUEDUCS DE BEAU NANT (sublime ouvrage gallo romain) au km 58, à 10 km de l’arrivée : 1, 5 km dont un passage à plus de 20%. Ca passe ou ça casse.
  • Après la TRAVERSéE DE SAINTE-FOY : la descente finale sur Lyon (quelques descentes raides et escaliers qui font mal aux jambes), la remontée sur Fourvière (nouveauté 2009) et les derniers km, quasiment plats, mais qui paraissent interminables aux finishers. (il faut en garder absolument pour ce final, sinon, c’est un cauchemar) 

    C'est plus dure qu'un marathon et plus log, 69km contre 42,195, bon courage à tous les participants, noublions pas que ce raids ce cours de nuits! 

Publié dans certains regards

Partager cet article

Repost0

Pensée du jour

Publié le par covix







Qui ne sait rien ne doute de rien.

 

Proverbe Français

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

aimer

Publié le par covix

aimer

 

Eau pure, glissant entre les prés,

Effleurant les arbres

A mes lèvres viens me désaltérée

Fraîcheur de marbre

 

Près de toi, je m’allonge et repose

Embrassant tes lèvres à petites doses

Tapis de feuilles, de pétales de fleurs

Font un lit pour nos cœurs

 

Ruisselle l’eau de jouvence dans nos veines

Chassant au loin nos peines

Le chant du corbeau devint mélodieux

Par le Lire des cieux

 

Phénix, oiseaux lires font la ronde

Pour nous enchanter dans ce monde

L’arc en ciel pose ces couleurs

Enveloppant nos cœurs

 

Nos corps enchainés au long des jours

Bercé comme un navire au long court

Enlacés, bercés, torturés, aimés

Comme bûche, dans l’âtre, enflammée

 

Fusion des corps, des âmes

Poudre de cendre

D’un amour interdit, qu’on blâme

De l’autre s ‘éprendre

 

Amour incompris

Roi du mépris

Cloué au pilori

Force des jalousies

 

A l’eau pure de tes lèvres

Venant me désaltérer

Apaiser  la fièvre

Bonheur d’aimer

 

Covix-lyon©26/11/2009

 

 

Covix oct 2009,

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

Pensée du jour

Publié le par covix




Photo:  Benh LIEU SONG


Paie le mal avec la justice, et la bonté avec la bonté.

Lao-Tseu

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

Théâtre

Publié le par covix


  Philoctète
  Ce soir soirée théâtre, "Philoctète"  de Jean-Pierre Siméon, variation d'après Somphocle.
  Mise en scène de Christian Schiaretti, au TNP de Villeurbanne, avec  Laurent Terzief, Johan Welehlin, David Mambouch, le coeur par la troupe du TNP.
C'est une production du Théâtre National Populaire- Villeurbanne, compagnie Laurent Terzief.
Création le 24 Septembre à Paris au Théâtre de l'Odéon.
  En salle jusqu'au 23 décembre à Villeurbanne, dans le petit Théâtre.


   Parce que l'oracle à parlé: "L'arc et les flèches d'Héraclès sont indispensables pour triompher de Troie", Ulysse est contraint de reprendre la mer pour une mission fort délicate. Les fameuses armes sont en possession de Philoctète, grand héros des Argonautes, lâchement abandonné il y a dix ans sur une île déserte à cause d'une vilaine blessure au pied, gangrenée, dont l'odeur leur était insuportable. Ulysse faisait partie de ceux qui commirent cette acte infâme.Pouvant amener son navire à bon port, il ne peu affronter Philoctète. Ce dernier nourri et charri une colère contre les grecs. C'est par la jeunesse et l'innocence qu'il ruse pour s'appropier les armes, il envoi Néoptolème, fils d'Achille, en parfait représentant, la luminosité et la dignité de son âme l'amène à accepter la mission dans la façon que lui présenta Ulysse.
  Un poignant dialogue se tisse entre le vieil homme, dans sa douleur, et son regard féroce sur l'humanité et ce beau jeune homme convaincu de sa mission. ulysse surveille l'évolution, il est caché, sentant que la situation peu lui échapper, il entre en scène. Pholoctète comprend qu'il est de nouceau trahi et Néoptolème ouvre ses yeux sur une nouvelle réalité...


      

Publié dans film -musiques -livres

Partager cet article

Repost0

pensée du jour

Publié le par covix



"Si vous voulez que votre femme écoute ce que vous dites, dites-le à une autre femme."
Sacha Guitry

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

50 ans

Publié le par covix

Aujourd'hui, il y a cinquante ans que disparaissait Gérard Philipe, c'était une icône du monde de la scène, préférant perdre de gros contrats cinématographique et même Hollywood pour ce consacrer à sa passion pour le théâtre, je me souviens du choc que cela provoqua à cette époque.


GERARD PHILIP

 

 

Gérard Philipe, de son vrai nom Gérard Philip était un acteur de théâtre et de cinéma français4 décembre 1922 - 25 novembre 1959).

 

Biographie

Il naît à Cannes dans les Alpes-Maritimes. Fils de Marcel Philip (1893-1973), avocat possédant un cabinet de contentieux juridique, puis administrateur-gérant du Parc Palace Hôtel de Grasse, et de Marie Villette, il voit le jour dans une famille aisée. Il a un frère aîné nommé Jean.

Il suit toute sa scolarité au lycée de l'Institut Stanislas marianiste de Cannes où il est bon élève. Il y obtient, au début de la guerre, son baccalauréat.

Son père le destine à une carrière de juriste, mais, rencontrant de nombreux artistes venus se réfugier en zone libre sur la Côte d'Azur à partir de 1939, il décide de devenir comédien avec l'aide de sa mère qui le soutient dans ce choix. Il ajoute un "e" à son nom pour obtenir 13 lettres avec son nom et son prénom, chiffre porte-bonheur selon sa mère.

En 1941, le réalisateur Marc Allégret lui fait passer une audition, en compagnie de son amie Danièle Delorme, et l’envoie prendre les cours d’art dramatique de Jean Wall et Jean Huet à Cannes. Le comédien Claude Dauphin le fait jouer au théâtre à partir de 1942 avec Une grande fille toute simple d’André Roussin au casino de Nice.

En 1942, Marc Allégret lui fait jouer une silhouette dans son film La Boîte aux rêves, réalisé par son frère Yves Allégret.

En 1943 la famille Philipe s’installe rue de Paradis à Paris où Gérard s'inscrit au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, suit les cours de Denis d'Inès puis de Georges Le Roy et obtient le second prix de comédie. Il participe à la Libération de Paris en 1944 en faisant partie de la résistance française (FFI) alors que son père est un collaborateur reconnu.

Gérard Philipe se fait connaître au théâtre où il obtient son premier succès et la célébrité à l'âge de 20 ans, en pleine Seconde Guerre mondiale, dans le rôle de l'ange dans Sodome et Gomorrhe de Jean Giraudoux en 1943.

En 1943, il rencontre Nicole Fourcade, une ethnologue épouse d'un diplomate. Ils tombent amoureux l'un de l'autre en 1946 et se marient le 29 novembre 1951 à la mairie de Neuilly-sur-Seine dans une totale intimité après qu'elle a divorcé de son premier mari. Ils deviennent tous les deux compagnons de route du parti communiste français. Il rebaptise son épouse Anne parce qu'il trouvait ce prénom plus poétique. Ils ont deux enfants : Anne-Marie Philipe née le 21 décembre 1954, devenue écrivain et comédienne elle aussi, puis Olivier Philipe né en février 1957, et s'installent boulevard Inkerman à Neuilly, puis rue de Tournon.

Son succès au théâtre et en tournée explose avec la création de Caligula d'Albert Camus en 1945.

En 1947 il joue dans le film Le Diable au corps de Claude Autant-Lara et devient une célébrité du monde du spectacle français.

Entré au Théâtre national populaire de Jean Vilar en 1951, il remporte de nombreux succès à Paris, en tournée, au Festival d'Avignon (Le Prince de Hombourg, Le Cid de Pierre Corneille, Richard II), en jouant un répertoire classique, et en mettant lui-même en scène plusieurs pièces de Musset ou des auteurs contemporains comme Henri Pichette et Jean Vauthier. (En 1953 il auditionne avec Jean Vilar un nouveau comédien, Philippe Noiret qu'il intègre à la troupe).

En 1952 il joue Fanfan dans Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque avec Gina Lollobrigida, ce qui lui vaut de devenir une idole héroïque des jeunes aux quatre coins du monde.

Dans le même temps, sa jeunesse et son charisme d'exception triomphent internationalement à l'écran dans des films de Christian-Jaque, Claude Autant-Lara, René Clair, René Clément, etc.

Acteur engagé, il est un des premiers à signer la pétition de l'appel de Stockholm en 1950 contre l'armement nucléaire en pleine guerre froide, et devient président du syndicat français des artistes-interprètes où il se révèle être un grand chef syndical pour les métiers artistiques du cinéma et du théâtre à partir de 1958.

En 1959, le 25 novembre en pleine gloire, à l’apogée de sa popularité, doté du génie de la comédie et d'une aura artistique hors du commun, alors qu'il vient de finir le tournage du film La fièvre monte à El Pao de Luis Buñuel au Mexique et alors qu'il souffre d'un cancer du foie, il est emporté par une crise cardiaque à Paris à l'âge de 36 ans, plongeant dans la tristesse ses nombreux admirateurs et surtout admiratrices. Il est enterré dans le costume de Don Rodrigue (Le Cid de Pierre Corneille, conformément à ses dernières volontés, au petit cimetière de Ramatuelle, près de Saint-Tropez).

Le nom de Gérard Philipe a été donné à de très nombreux théâtres et maisons de la culture, dont le Centre dramatique national de Saint-Denis, ou les théâtres municipaux d'Orléans, Montpellier, Meaux, Calais, Champigny-sur-Marne, Saint-Cyr-l'École, Liège, Saint-Jean-de-Maurienne, Saint-Nazaire, etc.

Anne Philipe, sa veuve, a écrit deux biographies de son mari, intitulées Souvenirs (1960) et Le Temps d’un soupir (1964).

 

 

Un père collaborateur, un fils résistant

À Grasse, Marcel Philip, le père de Gérard Philipe, ancien avocat, collaborait avec les Allemands : il était administrateur du Parc Palace Hôtel, lieu de rencontre des Allemands et lieu de résidence de l'état-major mussolinien. De plus, il était délégué régional et membre du comité directeur du Parti populaire français (parti créé par Jacques Doriot) pour les Alpes-Maritimes.

À l'extrême opposé, en août 1944, son fils se battit aux côtés des résistants lors de l'insurrection pour la libération de Paris. Gérard Philipe avait de nombreux amis parmi les résistants. Il participa à la prise de l'Hotel de ville de Paris en Août 1944.

Le 24 décembre 1945, la cour de justice des Alpes-Maritimes condamnait le père de Gérard Philipe à mort pour intelligence avec l'ennemi et appartenance à un groupe anti-national. Il fut emprisonné d'abord à Saint-Denis, puis à Grasse. Son fils tenta d'influencer ses propres relations pour l'aider et n'y arriva que partiellement. Son père s'évada en 1945 (à l'époque, son fils jouait à Paris la pièce de théâtre Caligula) et s'enfuit en Espagne et fut condamné à mort par contumace.

Marcel Philip ne reviendra en France qu'en 1968 suite à une amnistie sans avoir pu y revoir son fils, mort en 1959. Toutefois, Gérard Philipe et sa mère rendaient visite à Marcel Philip en Espagne.

 Source Wikipédia

  

 De mes souvenirs restes, les films, Fanfan la Tulipe, évidement, L'idiot, La chartreuse de Parme, Le Rouge et le Noir, Les grandes manoeuvres et Si Versailles m'était conté, pour les pièces de théatre trop jeunes pour en avoir vue, mais l'engouement de ces prestations sont présentent, reste dans mon inconscient.

  Une petite pierre au témoignage de ce souvenir à vous faire partager.

Publié dans certains regards

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>