Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lady

Le tableau du samedi - 21

Publié le par covix

 
 
&

 

Nous invitent au défi pictural du samedi en poursuivant le défi de Lady.

 

Pour ce 1 août 2020

Le Thème.

Partir en vacances ou  pas.

Les trois compagnons (1905)

      

Une peinture de Henry Scott Tuke (1858-1929)

Pour en savoir plus... ICI

 

 

Partager cet article
Repost0

Le tableau du samedi - 20

Publié le par covix

 
 
&

 

Nous invitent au défi pictural du samedi en poursuivant le défi de Lady.

 

Pour ce 25  juillet 2020

Le Thème

Femme portant le chapeau. 

 

Gabrielle  au chapeau (1916)

      Musée de Grenoble. 

Une peinture d'Auguste Renoir (1841-1919)

Pour en savoir plus... ICI

 

 

Partager cet article
Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 
 
Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!
 Il m'a laissé dans l'attentisme.
 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 
 La folle aventure des mots que nous écrivons.
   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."
B.Cauvin

         Portraits de musiciens.

                       Mozart

 Italienne aux bras d'un Prince de Bavière 

Dont l'oeil  triste et glacé s'enchante à sa langueur!

Dans ses jardins frileux il tient contre son coeur 

Ses seins mûris à l'ombre, où téter la lumière. 

 

Sa tendre âme allemande,-- un si profond soupir!

Goûte enfin la paresse ardente d'être aimée,

Il livre aux mains trop faibles pour le retenir

Le rayonnant espoir de sa tête charmée.

 

Chérubin, Don Juan ! loin de l'oubli qui fane,

Debout dans les parfums tant il foula de fleurs

Que le vent dispersa sans en sécher les pleurs

Des jardins andalous aux tombes Toscane!

 

Dans le parc allemand où brument les ennuis,

L'Italienne encore est reine de la nuit.

Son haleine y fait l'air doux et spirituel 

Et sa Flûte enchantée égoutte avec amour

Dans l'ombre chaude encore des adieux d'un beau jour

La fraîcheur des sorbets, des baisers et du ciel.

 

Marcel Proust

Les Plaisirs et les Jours 

1896

 

                                      

 

Publié dans Hommage, Lady, Poésie, Mardi, Défi

Partager cet article
Repost0

Le tableau du samedi - 19

Publié le par covix

 
 
&

 

Nous invitent au défi pictural du samedi en poursuivant le défi de Lady.

 

Pour ce 17  juillet 2020

Le Thème

Femme portant le chapeau. 

Le chapeau de paille  (1622)

Une peinture de Pierre Paul Rubens (1577-1640)

Pour en savoir plus ICI

 

 

Partager cet article
Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 
 
Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!
 Il m'a laissé dans l'attentisme.
 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 
 La folle aventure des mots que nous écrivons.
   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."
B.Cauvin

         Portraits de musiciens.

                       Gluck.

Temple à l'amour, à  l'amitié, temple au courage           Qu'une marquise a fait élever dans son parc                   Anglais, où maint amour Watteau bandant son arc Prend des coeurs glorieux pour cibles de sa rage.

Mais l'artiste allemand-- qu'elle eût rêvé de Cnide ! -- Plus grave et plus profond sculpta sans mignardise        Les amants et dieux que tu vois sur la frise:              Hercule a son bûcher dans les jardins d'Armide!

Les talons en dansant ne frappent point l'allée              Où la cendre des yeux et du sourire éteints             Assourdit nos pas lents et bleuit les lointains;                   La voix des clavecins s'est tue ou s'est fêlée.

Mais votre cri muet, Admète, Iphigénie,                                Nous terrifie encore, proféré par un geste                                 Et, fléchi par Orphée ou bravé par Alceste,                                  Le Styx,-- sans mâts ni ciel, -- où mouilla ton génie.

Gluck aussi  comme Aleste a vaincu par l'Amour                  La mort inévitable aux caprices d'un âge ;                      Il est debout, auguste temple du courage,                                Sur les ruines du petit temple à l'Amour.

 

Marcel Proust

Les Plaisirs et les Jours 

1896

 

 

 

 

                                                    

 

Publié dans Défi, Hommage, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article
Repost0

Le tableau du samedi - 18

Publié le par covix

 
 
&

 

Nous invitent au défi pictural du samedi en poursuivant le défi de Lady.

 

Pour ce 11  juillet 2020

Le Thème

Au milieu coule la rivière. 

 

Le pont d'Argenteuil (1874)

Une peinture de Claude Monet. 1840 - 1926

Pour en savoir plus ICI

 

 

Partager cet article
Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 
 
Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!
 Il m'a laissé dans l'attentisme.
 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 
 La folle aventure des mots que nous écrivons.
   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."
B.Cauvin

         Portraits de musiciens.

                       Chopin.

Chopin, mer de soupirs, de larmes, de sanglots

Qu'un vol de papillons sans se poser traverse

Jouant sur la tristesse ou dansant sur les flots.

Rêve, aime, souffre, crie, apaise , charme ou berce, Toujours tu fais courir entre chaque douleur

L'oubli vertigineux et doux de ton caprice

Comme les papillons volent de fleur en fleur;

De ton chagrin alors ta joie est la complice:

L'ardeur du tourbillon accroît la soif des pleurs.

De la lune et des eaux pâle et doux camarade,

Prince du désespoir ou grand seigneur trahi,

Tu exaltes encor, plus beau d'être pâli,

Du soleil  inondant ta chambre  de malade 

Qui pleure à lui sourire et souffre de le voir...

Sourire du regret et larmes de l'espoir!

 

Marcel Proust

Les Plaisirs et les Jours 

1896

 

 

 

 

                                                    

 

Publié dans Défi, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article
Repost0

Le tableau du samedi - 17

Publié le par covix

 
 
&

 

Nous invitent au défi pictural du samedi en poursuivant le défi de Lady.

 

Pour ce 4  juillet 2020

Le Thème

Au milieu coule la rivière. 

 

Matin d'été  au Taillan. 

Une peinture de Raoul Dosque 1860-1937. 

Pour en savoir plus ICI

 

 

Partager cet article
Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 
 
Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!
 Il m'a laissé dans l'attentisme.
 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 
 La folle aventure des mots que nous écrivons.
   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."
B.Cauvin
   

Les roses d'Ispahan

Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse, 
Les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger 
Ont un parfum moins frais, ont une odeur moins douce, 
O blanche Leïlah ! que ton souffle léger.

Ta lèvre est de corail, et ton rire léger 
Sonne mieux que l'eau vive et d'une voix plus douce, 
Mieux que le vent joyeux qui berce l'oranger, 
Mieux quel'oiseau qui chante au bord du nid de mousse.

Mais la subtile odeur des roses dans leur mousse,
La brise qui se joue autour de l'oranger
Et l'eau vive qui flue avec sa plainte douce
Ont un charme plus sûr que ton amour léger !

O Leïlah ! depuis que de leur vol léger 
Tous les baisers ont fui de ta lèvre si douce, 
Il n'est plus de parfum dans le pâle oranger, 
Ni de céleste arome aux roses dans leur mousse.

L'oiseau, sur le duvet humide et sur la mousse, 
Ne chante plus parmi la rose et l'oranger ; 
L'eau vive des jardins n'a plus de chanson douce, 
L'aube ne dore plus le ciel pur et léger.

Oh ! que ton jeune amour, ce papillon léger,
Revienne vers mon coeur d'une aile prompte et douce,
Et qu'il parfume encor les fleurs de l'oranger,
Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse !

Leconte de Lisle (Poèmes tragiques)

                                                    

 

 

Mardi poesie

Publié dans Mardi, Poésie, Lady, JEUX, Hommage

Partager cet article
Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 
 
Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!
 Il m'a laissé dans l'attentisme.
 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 
 La folle aventure des mots que nous écrivons.
   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."
B.Cauvin
   

Printemps  oublié.

 

Ce beau printemps qui vient  de  naître

À peine goûté va déjà finir;

Nul de nous en fera connaître

La grâce aux peuples à venir.

Nous n'osons plus parler des roses:

Quand  nous les chantons, on en rit;

Car des plus adorables choses

Le culte est si vieux qu'il périt.

 

Les premiers amants  de la terre

On célébré Mai sans retour,

Et les derniers doivent se taire,

Plus nouveaux que leur propre amour. 

 

Rien de cette saison fragile

Ne sera sauvé  dans nos vers.

Et les cytises de Virgile

Ont embaumé tout l'univers.

 

Ah! Frustrés par les anciens hommes, 

Nous sentons le regret jaloux

Qu'ils aient été ce que nous sommes,

Qu'ils aient eu nos coeurs avant nous. 

Sully Prudhomme (1839-1907)

 

 Premier jour après le confinement
Placé sous la signature du vent.
Au saints de glace
Eole nous enlasse.

 

 

Publié dans Défi, Hommage, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>