Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

certains regards

Printemps à Lyon-Naples !

Publié le par covix

 Samedi, au crépuscule de l'hiver, l'aube printanière couronnait la semaine, plus de vingt degrés affiché sur les thermomètres, sixième jours de grève des éboueurs Lyonnais contre la privatisation de leur métier... (Je ne vois pas l’intérêt de privatiser...car quand ces boites passent ramasser les ordures ménagères, il faut repasser derrière eux pour nettoyer...et la c'est la ville..chercher l'erreur, deuxième remarque... c'est une ville dont le maire est socialiste, le président de région aussi..quand comprendront ils que ce n'est pas leurs boulots de copiner, de gérer comme les libéraux sarcosistes) Aujourd'hui la grève continue et Lyon vas ressembler à Naples... merci les socialistes qui n'en ont que le nom..

    Bon je reviens au sujet.... et je vais faire un tour de printemps au parc de la tête d'or...quelques photos pour le souvenir.

 

Covix-lyon©20/03/2012

DSCF0803-copie-1.jpg

DSCF0918.jpg

DSCF0836 

   Au parc....

 

DSCF0831


DSCF0838-2

DSCF0840

DSCF0844

DSCF0851

DSCF0869

DSCF0874

DSCF0881

DSCF0884

DSCF0885

DSCF0912

 

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Printemps à Lyon-Naples !

Publié le par covix

 Samedi, au crépuscule de l'hiver, l'aube printanière couronnait la semaine, plus de vingt degrés affiché sur les thermomètres, sixième jours de grève des éboueurs Lyonnais contre la privatisation de leur métier... (Je ne vois pas l’intérêt de privatiser...car quand ces boites passent ramasser les ordures ménagères, il faut repasser derrière eux pour nettoyer...et la c'est la ville..chercher l'erreur, deuxième remarque... c'est une ville dont le maire est socialiste, le président de région aussi..quand comprendront ils que ce n'est pas leurs boulots de copiner, de gérer comme les libéraux sarcosistes) Aujourd'hui la grève continue et Lyon vas ressembler à Naples... merci les socialistes qui n'en ont que le nom..

    Bon je reviens au sujet.... et je vais faire un tour de printemps au parc de la tête d'or...quelques photos pour le souvenir.

 

Covix-lyon©20/03/2012

DSCF0803-copie-1.jpg

DSCF0918.jpg

 

   Au parc....

 

DSCF0807

DSCF0809

DSCF0816

DSCF0817

DSCF0824

DSCF0830

DSCF0914

la suite demain


Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Nous n'avons pas changé !

Publié le par covix

     L'homme ce grand créateur, cet innovateur, chercheur, inventeur... sorti de son chaudron magique le meilleur et le pire... Il inventa Dieu... il fut à l'origine des premiers drame familiaux, inceste avec Adam et Eve, leurs enfants, le premier crime de folie jalouse... par Caïn qui tua son frère... Puis au nom des dieux, du dieu il ce massacra au travers des âges...

     D'abord soutenu, par l'Olympe des Grecs, Perses, Les cieux Romains, les divinités du Nil... cherchant l’expansion... l'homme parti en guerre de conquête, massacrant les populations de ces terres soumises à la volonté...

     Puis ce fût le temps monolithique... celui que l'homme inventa... une fois de plus, un Dieu, une seul croyance... Jéhovah, Dieu ou plus tard Mahomet... toujours le même, Tendant un doigt inquisiteur, culpabilisant l'homme qui ce soumettait à cette vision religieuse... Les puissants, avec la bénédiction des religieux, partirent en croisade les uns contre les autres, l'art de diviser pour régner... l'art du massacre au nom du Divin... Deux millénaires à s'embrocher... et les saturnales continuent.

      L'homme et sa puissance créatrice dévaste les familles avec ses machines...cela ne suffit pas, il faut qu'il soit aussi barbare que son aîné du mayen âge... Il tue par calcul, par folie religieuse, par folie tout court, pulsions meurtrières....

     L'amour arrive à rendre un être meurtrier, car trop possessif de l'autre... la vie de l'homme pourrait ce résumer à cela... Possessif.... je ne te possède pas...alors tu es condamné à la mort que je vais te donner...

     Possession de territoire pour vendre des poudres magiques qui tuent à petit feu...

    Possession de foi... qui croit le rendre saint Georges terrassant le dragon....

     L’atrocité de l'homme dans sa splendeur...tuer des enfants qui n'ont rien demandé... L'homme, qu'il soit militaire, civil est encore de nos jours l'héritier du barbarisme.

 

Paix à ces âmes innocentes tombées au champ de l'horreur.

 

2.Elemiah--chandelle.gif

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Pensée pour eux

Publié le par covix

 

les bougies de l'amitié

 

2.Elemiah--chandelle.gif

 

Elles apportent nôtre compassion à toutes les familles Belges meurtries dans leur chair.

Vous pouver prendre cette image et la poster sur vôtre site.


Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Salles obscures...

Publié le par covix

   

  hétéroclite4

Tout a une fin... ce qui n'est pas en soit une exactitude... le festival des écrans mixtes 2012, consacré Rebelle/ Rebel... c'est clôturé hier soir dans un lieu historique pour le cinéma...la salle de l'institut lumière... Salle installée dans le hangar qui servi au premier film du cinéma... C'est un bel hommage rendu à ce passé pas si lointain et au 20 ans du film Les Nuits Fauves de Cyril Collard.

    Le millésime 2012, comme indiqué, était consacré aux Rebel(les) du cinéma... John Waters avec son oeuvre trash et Divine. Virginie Despentes avec son avant première, Bye-Bye Blondie, d'après son roman éponyme, affiché complet en moins de 48h, je ne l'ai pas vu!, quelques film culte comme Cruising, décrié par les homos de New-york, alors que ce film n'est pas hostile à l'homosexualité, ce qui dérange en faite, c'est d'être tournée dans les lieux gays cuir de Big Apple... et de montrer une certaine face du monde homosexuel... des documentaires et cycles court aussi... (je n'ai pas hélas, tout vu), et ce magnifique film espagnol...disons plutôt basque lui aussi en avant première. Film intimiste d'une nouvelle rencontre entre deux femmes, cinquante ans après leur jeunesse pré adolescente... chacune à suivie sa ligne....sa vie, l'une mariée avec un homme bourru, mère d'une fille qui a divorcée et vivant aux USA. L'accident de voiture conduisant l'ex gendre à l'hôpital sera ce point de trouvaille... Ce film est prévu en sortie au mois de Juin... ne le raté surtout pas...

1995/6 j'ai vu le film de Cyril Collard en vhs, souvenez vous les cassettes que l'on mettaient dans le magnétoscope... C'était sombre, l'univers du film s'y prêtait, mais quand même. Ce film fut bien reçut en 1992 par le publique avec ses 3 millions de spectateurs en salle, ici les deux tiers présents l'avaient vu...le dernier tiers correspondait à peut de prêt à des jeunes de moins de vingt ans... Des souvenirs de trentenaire tombaient au cours ed la discution, accompagné de la mère, voir grand-mère... et cette homme avec son père qui au bout d'un quart d'heure fit quitter la séance, tenant son fils de 17 ans par la main... on ne va pas voir ce film de Pd... pauvre papa...qui n'a rien comprit au film... 20 ans plus tard, cet homme peut enfin ce délecter de cet Fureur de Vivre française... de cette quête d'amour que recherche le narrateur du film... qui est la dernière tranche de vie de son auteur.

 Cyril Collard est décédé du sida 3 jours avant la cérémonie des Césars, son film en reçut trois...dont celui de la révélation féminine pour Romane Boringer... Ce décès sèmera la confusion... on dit bien souvent qu'il ne vit jamais son film ayant quitté la terre avant... Non seulement il le vit, assistera à sa sortie en salle... c'est la reconnaissance de ces pairs qu'il ne verra pas.

   La présence de sa compagne qui joue le rôle de la mère de Romane dans le film en est encore plus émouvant et généreuse.

 

Oui le cycle n'est pas fermé... à Villeurbanne, alors que s'achève Les Ecrans Mixtes, s'ouvre le festival du cinéma Espagnol... et fin Mars il y a sur l'écran de l'Institut Lumière Le Quai du Polar... sans oublier les rétrospectives comme en ce moment avec les films de René Clément... en attendant l'automne avec Le festival des Lumières...

 

Voilà, en attendant l'an prochain pour Les Ecrans Mixtes... il reste d'autres vies sur les toiles de nos salles obscures....

Film-Les-Nuits-Fauves.jpg


Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Impressions 5

Publié le par covix

 

L'idéel! 

 

 Le monde est ainsi fait...

C'est ce que l'on croit...

Nôtre regard en tire nous bluffait...

C'est son passe-droit...

Uniformité au coin de la rue,

Leurre incongrue....

Ce qui est vue... n'est-il l'idéel...

Que la vison de ce réel...

Déformation oculaire ou objective de la pensée...

Formation de l'esprit en hexaphasée...

Ainsi la vison diffère selon l'angle de perception...

Et celui de la transmission....

Covix-lyon@10/03/2012

Dis moi

Dis moi ?

 En cage ! 

En cage !

Comme tu vois 

Comme tu vois !

Detente--.jpg

Détente

 en n & b 

N & B !

 La télé fait son cinéma 

la télé fait son cinéma !

La vague !

La vague !

 face nord ! 

Face Nord !

Pic ! 

Le pic !

Sourir ! 

Sourire !

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Odorama !

Publié le par covix

 

   Vendredi soir... séance aux écrans mixtes... dans la salle partenaire...du CNP des Terreaux...

Le film Polyester de John Waters..

 Avec Divine en vedette... film trash comme il ce doit... avec ce petit plus...L'Odorama...oups!

    A l'époque de sa sortie... le ticket de caisse était différent que le banal petit carton justifiant l'entrée... C'était un rectangle avec une dizaine de cases que l'on grattaient quand le numéro apparaissait sur l'écran et le spectateur devenant partenaire...humait l'odeur indiqué...

    Pour cette sénace d'hier soir...plus ed ces cartons, il en existe encore mais ne sont plus utilisable...alors me direz vous?

 Oui...alors... la troupe du Club Théâtre vint jouer avec le film... le délire dans la salle, tant par le film désopilant, trash à souhait et le jeu de cette troupe où circulait "pizza", "parfum", pétoman...etc..même le putois! oups!!!

    Une vraie soirée de cinéma! 

 

Ce soir...autre style
La chasse (Cruising) avec Al Pacino.
Un flic s'infiltre dans le milieu gay, cuir de new york suite à des meurtres dans ce milieu gay cuir...
puis soirée spécial Lionel  Soukaz et la séance de minuit avec HPG 
 Lionel Soukaz est connu pour avoir été le premier à fimé la marche des fierté en 1979 à Washington, mais aussi son court...
Le sexe des Anges inerdit aux moins de 16 ans et Ixe lui à ceux de moins de 18 ans... ce film particulier au montage sur deux écrans juxtaposés ce vit frappé d'interdiction complète par la commission cinémartographique en 1981... C'est le ministre de la culture de l'époque qui trancha le débat vif entre le réalisateur et la commision en autorisant sa sortie avec cette limitation d'âge.

Rencontre avec Lionel Soukaz qui sera présent.

Cinéma de minuit...
"Il n'y a pas de raport sexuel"
H P G
Hervé-pierre Gustave

Acteur, réalisteur et producteur de film pornographiques...
Ce documentaires sur les coulisse des films x est tiré de milliers d'heures de making-off lors de ses films. C'est une interrogation sur le film x et la passion qui le caractérise.
Film qui est sorti en salle à Paris...à Lyon c'est une soirée inédite.
Interdit aux - de 18 ans....comme le court qui suit de
Rémi Lange.
" Cake au sirop de Cordom"
Inspiré par les cakes de Peau d'âne, qui sont des filtres d'amour... 
Rémi Lange et H P G seront présent à la soirée.

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Impressions...4

Publié le par covix

  Voyager... en tous sens du terme, physiquement et mentalement, parfois l'un entraîne l'autre... 

    ... Cette parenthèse faite, je suis dans le wagon et à la place qui m'a été alloué.... Des familles accompagnent certains voyageurs... en occurrence une aïeule par ses enfants et son petit fils... enfin un grand déjà, un ado d'une vingtaine d'année, plein d'humour, je souris à l'entendre... un zeste de potache... la "mamie" est encore très jeune et pleine d'entrain... Le garçon a plein de charme.. il ne me laisse pas indifférent...mais j'arrête là... ça deviendrais un fantasme... je lui préfère un peu de rêve... oups!...

    Avant l'ébranlement du serpent de fer... une patrouille de la police du rail passe dans les wagons, sur le quai elle fait le chemin inverse... la famille attend, fait des grands gestes envers leur parente... résonne le coup de sifflet strident d'un chef de gare... crissement de ferraille, ça bouge, les premiers mètres commencent à disparaître, le jeune homme suit le wagon envoi des baisers de sa main à la mamie, ça va de plus en plus vite, il courre et salut toujours sa grand-mère, la scène est amusante et surtout touchante... Amusante parce qu'il est tout heureux de courir auprès du train, touchante par cette marque d'amour...

    Soudain je repense à ces deux bambins à l'arrivée gare de lyon, la mamie...ici aussi descendait de cette rame...s'avançait vers la sortie, je la vois poser ses valise, restée accroupie, l'un des enfant arrivant en courant ce jette dans ses bras, le deuxième n'est pas loin derrière et coure lui aussi, elle les enlacera tous les deux... les enfants, choix du roi, étaient tout sourire aussi de retrouver leur grand-mère, le père arrivait plein de tendresse et de bonheur sur le visage...

    Retour... sur le site des Batignoles au pont Cardinet...ça construit dure.

    Au delà des murs parisiens commence la désolation industrielle, avec ces bâtiments abondamment délabrés...la vie est partie, ils nous regardent tristement et semble nous dire..."Circulez...il n'y a plus rien à voir"...comme le disait si bien Coluche.

   Toujours la grisaille, fendue parfois par les lueurs de Râ qui lui nous dit..."Je suis là"...

    Les arbres à la verdure printanière au bout des branches, ne tranchent pas avec celle des prés ou champs ensemencés... seul bémol...nous sommes au deux tiers de Janvier... au coeur de l'hiver... les villes s'étirent, grignotant l'espace rural, choix entre vertical et horizontal... les deux ont leur charmes... mais ce serait un autre écrit...

   Caen, l'empreinte de la capitale déteint sur bon nombre de voyageurs, l'esprit de course après les secondes martel le quai de la gare, seul...ceux dont l'envie de faire durer ces secondes marchent à son rythme ..

   Le troupeau disparaît derrière des portes improbables, celles grises comme le ciel de ce jour d'hiver... la plaine Normande est verte, ventée, humide, les stigmates de la saison sont présent avec ses canaux chargés d'eaux.

         Les marais du Cotentin sont heureux de montrer qu'ils sont là.

 

Ru dans les prés 

 

 

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Impressions...3

Publié le par covix

  Voyager... en tous sens du terme, physiquement et mentalement, parfois l'un entraîne l'autre... 

     ... Grise est la matinée...elle traîne malgré l'allure du train, la campagne impudique dans sa nudité ce repose tranquillement sur son tapis vert. Parfois le ruban gris luit dans les phares des automobiles, il bruine. J'admire cette chose étrange roulant vers Paris à grande vitesse, les vitres sur ma droite son sèchent, celles de gauche reçoivent ce crachin, et sous le phénomène de la vitesse c'est comme des milliards de spermatozoïdes qui courent sur elles pour atteindre une hypothétique ovule pouvant les accueillir... je n'ose penser à la pousser démographique que cela occasionnerait....

    Miracle, l'hiver sourit, d'un sourire de sa pâleur saisonnière...son éclat... De nouveau nous sombrons dans la grisaille vers la capitale. dans cette banlieue que je connais bien, le long de la nationale 6, carrefour Pompadour dans le Val de Marne, de futur projet commerciaux, d’ex plateformes rasées, nettes, propres sur elles, le rasoir mécanique a fait so oeuvre... Je m'amuse à retrouver les lieux... Brévannes au loin, longue période de vie... la plage bleue si cher à nos dimanches ou cette cheminée de bateau entre les choux de Créteil, le palais de justice, souvenirs de travail en temps que fournisseur de service, entretien, après-vente...Franchir la Marne, longer la Seine après sa confluence...la gare de Lyon...la fourmilière du métro remplace celle de ce terminus, arrive l'autre, la gare St Lazare, en plein réaménagement... Prendre le dernier train du voyage, celui qui me mènera à Carentan dans la Manche. Saint Lazare, souvenirs près du pont Cardinet de bain de vapeurs lâcher par les locomotives du réseaux banlieusard...et de marchandises...interminables panache de fumées blanches, grises... de coups de sifflets, du "tu m'énerves, tu m'énerves" cadencement de la machine... allant de plus en plus rapidement... tout cela défilent dans l'autoroute de mes neurones...

   L'attente dans un couloir très ventilé, heureusement il ne fait pas trop froid... j'ai connu pire ici même... j'en profite pour avaler un sandwich au pain mou, élastique et dure malgré tout à déguster..si je puis dire...

    Dix de treize heures, le train part.... la douceur est là et il fait toujours gris...même quelques gouttes qui surprend des usagers sortant du métro! "Tien..il pleut...mon dieu il pleut" pas même un pipi de chat... mais bon...ici c'est comme cela.

   Un retour dans le ventre de Paris, ligne quatorze, tout automatique et comme à Lille, sur les quais, la sécurité avec ce muer en verre et les portes qui s'ouvrent en face de celles de la rame... au moins ça évite les accidents et autres suicides...mais là n'est pas le propos. un speaker annonce en Français, Anglais, Espagnol, Italien, Russe, Japonais... bref dans nombre de langues usuel des touristes, voir de ceux qui travail dans la ville, cette voix suave, ferme et masculine annonce de faire très attention à nos objets, car il y a des pique-pockets sur le réseaux... cela fait un drôle d'effet de l'entendre...Oh!..il m'est arriver de percevoir ces mots dans le tram Lyonnais... surtout quand une bande vient d'officier sur les rames... mais quand même...la deuxième surprise me plongea immédiatement dans un roman de Théophile Gauthier...Le Capitaine Fracasse, seigneur gascon sans le sou, dont la toiture du château était une passoire... Juste devant une porte de sortie de la rame... deux seaux en plastique récupéraient la fuite qui tombait du plafond souterrain...l'endroit était sécurisé et les portes bloquées pour ne pas ce prendre les pieds dans ces derniers...c'est moderne...lol

 

 calendrier2012-j1.jpg

 

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

Impressions...2

Publié le par covix

  Voyager... en tous sens du terme, physiquement et mentalement, parfois l'un entraîne l'autre... 

     Cinq heure s'affiche sur le digital du réveil, trop tôt encore, il me faut attendre deux heures de plus au compteur. L'esprit sommeil, végète, il rêve et reste éveillé...six heure trente, scabreux de plonger dans une deuxième nuit... c'est ce qui semble arriver, moins cinq de sept heures, je coupe l'alarme, pas besoin d'ameuter la maisonnée, encore qu'ici c'est plutôt un appartement. Laissons un peu de temps au temps, il affiche plus dix maintenant, debout et les vacations du à cet usage. Préparation de dernières minutes, changement de sac à dos, l'autre sera plus lourd, mais j'aurais moins de bagages...un choix.

Quinze de neuf et me voilà parti, direction gare de Perrache par le tram, le train d'une capitale à l'autre est à cinquante et une... le tram arrive et me potera à la gare.

Grise, la matinée ce lèvera grise, le temps est incertain, la chaussée luit encore sous les réverbères da la pluie tombée dans cette nuit qui s'éternise.

Quinze de neuf et me voilà parti, direction gare de Perrache par le tram, le train d'une capitale à l'autre est à cinquante et une... le tram arrive et me potera à la gare. un arrêt avant la gare.

Le tram a quitté la station Claude Bernard et franchit le Rhône en direction de Montrochet, avant il s'arrêtera à la gare de Perrache.... Il y a deux types... des gueules dignes d'un film; il y a comme un air de famille, un père son fils ou un oncle...peu importe... Le plus anciens vêtu d'un blouson de cuir et d'un jean ayant bien vécu...une casquette de style New Era (casquette dite américaine ou de baseball) noir avec un logo de bière Irlandaise... La gouaille populaire, de l'Audiard dans le tram...

"Pile poil à l'heure... tu vois.... c'est la classe.... c'est classe ...tu ne trouves pas."... le tout accompagné d'une moue de la bouche significative...j'ai beaucoup aimé cette courte tranche de vie... un côté baroudeur...un peu paumé aussi... qui sentait la poésie des mots. Nous descendons, eux partent vers la route de leur aventure, moi j'emprunte celle de la gare, escalator, couloir en courant d'air, je suis bien en avance, le panneau signal le train à l'heure! normal c'est le bout de ligne... mais pas encore l'indication du quai...C'est comme une bande annonce au cinéma... Le scénario je le connais par coeur, c'est un film choral avec les voyageurs anonymes, la SNCF, le TGV, et Réseaux Ferré de France. Ce n'est pas érotique, ni porno...mais il y a deux rames accouplées, le chef de quai nous invite à monter dans celle de tête. Pour moi Perrache est plus proche que LA Part dieu, et ainsi plus pratique pour s'installer, c'est le point de départ, moins de monde, pas ed bousculade ou presque...les voyageurs ont le temps pour eux... les portes ce ferment, le train s'élance, premier arrêt Lyon La part dieu... là on voit la différence, c'est la cohue, une marée humaine s'empare des rames, un assaut pas trop désordonné mais je ne regrette pas mon départ ed Perrache. La voiture semble complète, je suis en étage, c'est un double niveau, alors que les derniers finissent ed s'installer, le TGV s'ébroue, prochain arrêt Le Creusot, des voyageurs descendent d'autres les remplacent... Puis terminus à Paris.

.../...

 

 calendrier2012-j1.jpg

 

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>