Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pensée du jour

Publié le par covix

Comme l'eau courante ne peut croupir, les gonds de la porte d'un ami ne peuvent se gripper.

Proverbe chinois.

P1020738.JPG

Publié dans pensée du jour

Partager cet article
Repost0

Dans la boulangerie.

Publié le par covix

 

     Outre de voir les pains alignés sur le râtelier, dans les corbeilles, le "bucheron" a la découpe trônant près de la caisse, les pâtisseries sous la vitrine réfrigérée, autre rayon de sandwich, le bonheur de choisir un gros pain d'un kilo, au faite combien de livres? deux, <<soit autrefois on disait un pain de deux livres s'il vous plait>>, oui la boulangerie est un lieu vivant où cela bouge, ce modernise.

Dans nos boulangeries apparait de nouvelles caisses. Dans celle que je fréquente, elle est apparue en décembre, une tirelire, une urne de vote... dans la fente de la machine, déposez les pièces, l'appoint... ou pas, elle rend la monnaie, pour les billets, la serveuse ou patronne, glisse le parchemin dans son avaleur et devant vous sort la différence... Ce n'est pas son seul rôle, c'est aussi un outil de gestion, de comptabilité analytique, bilan et projection. Bien sur cela existe déjà dans le principe d'une bonne gestion, mais avec cette ordinateur, c'est affiné...

Cette appareil intrigant rempli son devoir... et alimente la conversation.

 

 

 

 

Publié dans certains regards

Partager cet article
Repost0

C'est l'hiver...besoin d'évasion

Publié le par covix

Souvnirs de mes jeunes années... en Pyrénées...

Dans cette version, le moustachu vest orangée , c'est Gaston, batteur de Cloclo...



 

Publié dans film -musiques -livres

Partager cet article
Repost0

Pensée du jour

Publié le par covix

Quand les bandits sont dans la maison, il faut avoir le courage de les y enfermer.

Proverbe chinois.

la-vierge-des-tueurs.png

Publié dans pensée du jour

Partager cet article
Repost0

C'est l'hiver...besoin d'évasion

Publié le par covix

Homage... Chanson de Bécaud...ici interprètée par les compagnons...

Certains sont partis bien trop vite...



 

Publié dans film -musiques -livres

Partager cet article
Repost0

Pensée du jour

Publié le par covix

Même l'aveugle peut voir l'argent.

Proverbe chinois.

500-1

Publié dans pensée du jour

Partager cet article
Repost0

L'homme du jour.

Publié le par covix

L'archange,

 

    La Nièvre vue plusieurs hauts personnages dans sa destinée territoriale, je ne parlerais pas de Mitterrand, ni de Bérégovoy, ni de la bataille d'Alésia... juste d'un jeune homme qui me fascina pendant mon enfance scolaire, déjà le nom... c'est peu de chose, mais il sonne bien... ensuite son aura sur les troupes révolutionnaires de la frontière, sa fougue, sa témérité. Ce personnage naquit à Decize dans la Nièvre, il n'y resta pas très longtemps, son père qui était natif de l'Aisne, retourna dans ses terres... Le papa, capitaine de cavalerie, sa mère fille du cru et d'un conseiller notaire royal.

 

   Nôtre "héros" est né le 25 Août 1767. Avec armes et bagages, c'est en 1776 qu'il arrive à Blérancourt, ayant entre temps séjourné dans un autre bourg de la Picardie.il fréquentera l'école du village et ira au collège comme interne à Soissons, le collège Saint-Nicolas des Oratoriens...( ce dernier porte son nom actuellement), là même où ses père et oncle firent leurs études. Il côtie les enfants de la classe aisée et dirigeante de la région.

 

   Maman ne rigole pas, le fiston fugue...alors en maison de correction il ira. Son court séjours ce fera rue de Picpus à Paris. Cela ne l'empêchera pas de devenir clerc de maître Dubois procureur de Soissons. En octobre 1787, il s'inscrit à la Faculté de droit de Reims, Brissot et Danton l'on fréquentés avant lui.

   Durant son séjours en maison de correction, il écrit un poème satirique, dans la ligné de MAchiavel, Rousseau et Montesquieu, sur fond de pornographie, dénonçant la royauté et l'église... c'était dans l'air du temps.

 

L'avez vous deviné... je vous ai présenté " Louis Antoine Léon de Saint-Just"

 

Surnommé, "l'archange de la révolution, ou l'archange de la terreur"

 http://www.archive-host.com/link/59c85248ee3739e8d13e1931aaaf1e9f9706aa07.jpg

   Le poème est édité en 1789, il est à Paris et assiste au début de la révolution, il retourne à Blérancourt. Il sera remarqué par ses ardeurs révolutionnaire et deviendra Lieutenant-colonel de la garde nationale. Il participera à la fête de la fédération et escortera la voiture royale après l'arrestation de Varennes. Il ce lie avec Robespierre.

 

"Celui qui ne crois pas à l'amitié ou qui n'a pas d'ami, doit être banni"(Saint-Just)

 

   Malgré son élection à l'Assemblée Législative, en 1791, il ne peut siéger du faite de son jeune âge. Un an plus tard, il sera élu député de l'Aisne à la Convention. Il rejoindra la Montagne de Robespierre, Danton, Marat et Desmoulins.

   Il joua un grand rôle dans la création de la constitution, et comme orateur au procès du roi.

 

"On ne peut régner innocemment. Tout roi est un rebelle et un conspirateur"(Saint-Just)

"On ne juge pas un roi. On le tue"(Saint-Just)

 

   Il est un farouche apposant aux Girondins et entrera au comité de salut public, il en sera le porte-parole.

 

   Sur la frontière assiégée, il jouera un grand rôle, d'abord il rejoindra l'armée du Rhin, d'octobre 1793 à février 1794, qu'il réorganise et discipline, nommera un nouveau commandant en chef, bat les autrichiens à Bitche et libère Landau... Aucune concession envers l'ennemi.

   Un passage à Paris, puis fin avril 1794 il est envoyé de nouveau sur la frontière en danger. S'oppose aux généraux, bouscule leurs plans, il est battu mais ne capitule pas, son courage, sa fougue s'impose aux soldats, il bat de nouveau les autrichiens à Courtrai et les écrase à Fleurus.

 

   Le 9 Thermidor, il avait préparé un discours (Je ne suis d'aucune faction et les combattrai toute ma vie...) il le commença à la Convention, ne pu le finir, la Montagne allié à la plaine l'en empêche, Robespierre est arrêté, Saint-Just, las ne résiste pas, il sera décollé avec son ami le 27 juillet 1794.

 

      Comme Saturne, la révolution dévora ses enfants.... l'Archange avec.

Publié dans L'homme du jour

Partager cet article
Repost0

C'est l'hiver...besoin d'évasion

Publié le par covix

Bien connu cela à Paname.... l'un de mes plus vieux disque...


 

Publié dans film -musiques -livres

Partager cet article
Repost0

Pensée du jour

Publié le par covix

N'essayez pas de trouver des réponses aux problèmes sans réponses.

Proverbe.

lumi-re-2009-1.jpg

Publié dans pensée du jour

Partager cet article
Repost0

La nuit....

Publié le par covix

 

 

Océans incertains.


La nuit portée par Morphée, nous berce vers des océans incertains,

Que l'aube revenant nous offre au maintien.

Fin de représentation, le rouge flamboyant glisse au noir,

Le rideau du ciel c'est laissé choir.

Avec lui, au coeur des étoiles, en partance,

Pour une longue errance.

Paupières, à l'esprit du jour son éteignoir,

Doublent le rideau du soir.

Au bonheur du jour,ses parfums, ses peines,

Laissent place à celui douteux du partir,

Pour un monde illusoire, porteur d'histoires avec ou sans ire,.

Secouant les méandres d'une journée bien pleine.

Ce long couloir de nuit, nous habitant,

Claque au songe, le volet de par son vent,

Journée agitée transcrite en cauchemars la nuit,

Prolongement où, s'enfuient les angoisses de la vie,

Rôde les douceurs de l'âme d'une belle de nuit,

Donnant tout son sens à nos envies,

Délire qui s'évapore loin de l'esprit, près du malin,

Sombre coupé, par une étendue bleuté de fleurs de lin,

Déferlement d’elfes, lutins, fées s'entremêlants aux amis,

Déferlement d'une vague géante balayant tout sur son passage,

Venant du haut et non point de son rivage,

Cassure d'un barrage dans l'ombre ennemi,

Partir dans les étoiles, éviter les mers d'astéroïdes,

Plonger dans le vide noir, spirale infernale d'un siphon,

Nous attirant sans fin vers les grands fonds,

Rattrapé par le bruit assourdissant de la visse hélicoïdale,

Bayard chevalier sans peur ni reproche,

Annonce l'aube qui approche,

la nuit portée par Morphée, nous berçait dans des océans incertains,

Que l'aube revenant nous offre au maintien.

 

Covix-lyon© 25/01/2011.

 

 

Publié dans poésie

Partager cet article
Repost0