le tableau du samedi…35

Publié le par covix

le tableau du samedi…35
le tableau du samedi…35
le tableau du samedi…35

Utagawa Hiroshige.

Pour la communauté Le Tableau du samedi de Lady Marianne, je reste dans le Japon des 18e et 19e siècles.

La photo en ouverture est la première de couverture du coffret consacré à la route de Tokaïdo. 

Une série d'Hiroshige.

 Ce coffret contient un livret explicatif des peintures, les reproductions en elles-mêmes et un manga de l'oeuvre.  

  Utagawa Hiroshige est né à Edo* (Tokyo) en 1797 et y est mort le 12 octobre 1858. C'est un artiste peintre, graveur traditionnel au même titre qu'Hokusai, ils sont parmi les derniers grands représentants de l'art des estampes paysagers.

  Hiroshige se distingue d'Hokusai par la simplicité de ses dessins, de la représentation de la vie populaire, il est reconnaissable à sa couleur empreinte de bleu et de  vert.

 Tout cela avec la fin de la xylographie au Japon.

 

Lui aussi inspira des artistes comme Degas.

Et bien sûr, la réouverture du Japon au monde occidentale en cette deuxième partie du 19e siècle, tout comme Hokusai, il influença, par son art des artistes impréssionistes, la monde du japonisme n'y étant pas étranger.

 

Confrontation;

Le terme n'est peut-être pas exacte, il est plutôt de coutûme de dire opposition entre les deux artistes.

C'est une vue de l'esprit, Hokusai, c'est vrai, redoutait le savoir faire d'Hiroshige, mais il ne représentait pas les mêmes scènes, Hokusai était plus sophistiqué dans ses représentations, il n'avait rien à craindre de son contemporain qui lui représentait les paysages et la vie quotidienne dans ses réçits imagés.

Hokusai, avec ses 36 toiles autour du mont Fuji peut nous faire croire à une compétition entre les artistes.

Hiroshige raconte la vie. Et ce mangas sur la  route de Tokaïdo, en est une belle illustration.

Patronime.

 Hokusai n'est pas le seul à avoir changé plusieurs fois de nom (plus de 50 noms). C'est même une tradition dans l'art de L'Ukiyo-e.**

Hiroshige aussi, d'abord né Andō Tokutaro, nom avec lequel il signa ses premières oeuvres, et signera du prénom Juemon.

Intégrant l'école  d'Utagawa Toyohiro, il est "baptisé" Utagawa Hiroshige;

C'est sous ce patronime qu'il fait sa renomé.

Hiroshige se décompose en deux caractères. 

Hiro, le premier des caractères rend hommage à son maître Toyohiro, le second des caractères, shige est la lecture du premier caractère, Ju, de son prénom Juemon.

  Autre tradition, l'élève le plus talentueux prend le nom de son maître après le décès de celui-ci, et il utilisera aussi  Toyohiro II.

 

 

* Edo devient Tokyo en 1868

** En français,"image du monde flottant" un art remontant au XVIIe siècle né de la culture urbaine et bourgeoise de la capitale Edo*

La technique est trop longue à expliquer ici, mais l'article ukiyo-e  vous rensignera plus amplement

D'après une source Wikipédia.

 

le tableau du samedi…35
le tableau du samedi…35
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

missfujii. 01/02/2016 07:40

on apprend toujours quelque chose chez toi

erato 30/01/2016 21:26

Merci pour ce billet superbe.Je ne connaissais pas , ses peintures me plaisent , je vais me documenter plus profondément avec beaucoup de plaisir.
Belle soirée Covix

lemenuisiart 30/01/2016 19:32

C'est bien avec ton petit texte

Lenaïg 30/01/2016 10:40

Oh, une très belle estampe, si bien stylisée qu'elle ne nous dépayse pas tout en gardant son sceau japonais, elle reste souple et en même temps très structurée, elle met en situation le paysan qui approche du village en contrebas, j'aime beaucoup, Covix, ainsi que tes explications et la comparaison avec Hokusai, le rappel de leur rivalité. Merci, bien amicalement.

claudine/canelle 30/01/2016 10:12

Bonjour J'adore ces peintures japonaises ...
Merci pour ce bel article
Bonne journée